Jump to Navigation

AddToAny

PDFPDF

CALL FOR PAPERS / APPEL À COMMUNICATIONS

Representing Royalty in the Nineteenth Century / Figures de la royauté au XIXe siècle

Edited by / sous la direction de Paule Petitier
Special section of / Dossier spécial de Nineteenth-Century French Studies – Spring / Printemps 2019

Presentation in English  |  Argument en français  |  Bibliographie sélective


 

Figures of Royalty in the Nineteenth Century

The relationship between literature and democracy in the nineteenth century is a frequent subject of literary criticism, motivated by the fact that, since the time of Tocqueville, this profound development in western society both characterizes and determines the evolution of the arts and other modes of expression. As a complement to this ongoing field of research, it strikes us as crucial to investigate the fascination—whether explicit or implicit—that the political model of royalty inspires among nineteenth-century writers and thinkers. The two phenomena are fundamentally different. On the one hand, inscribing literature within the new democratic framework determines the very foundation of the literary act—that is, the conditions of production, diffusion and reception of works, upon which everything else (poetics, aesthetics, notions of genre) depends. On the other hand, the persistence of the motif of royalty in almost every genre throughout the century, from Romanticism to the Decadent authors, might be taken as a mere thematic counterpoint, a reactive or nostalgic reflex. But it is often much more.

During the nineteenth century, France experiences more monarchical governments than republican ones. And yet, the belief that Louis XVI’s execution brought about an irreversible break is widespread. No matter how often (and in what forms) the monarchy resurfaces, those living during the nineteenth-century know that the ancestral model of monarchy as based on divine right, with its sacred nature and the particular social system on which it is founded (a hierarchical society, arising from a holistic structure), has vanished for good. There can still be monarchs, even at the head of democratic societies, but they have lost their aura, if not their power. Even those who, like Chateaubriand, retain the “religion” of royalty, feel that Charles X’s successor, had he acceded to the throne, would have had to prepare consciously for the end of royalty and a transition towards a new regime. One can certainly study the drama of this end of traditional royalty, along with its attendant representations of history, and the “scenes” by which it enriches the literary and artistic imagination. But from the perspective of political and cultural history, it would also be possible to explore a particular reinvention of royalty within the modern era, following on the recent work of H. Becquet and B. Frederking (La Dignité de roi—Regards sur la royauté en France au premier XIXe siècle, see below).

From the perspectives of the history of ideas and of political philosophy, one might explore how the experience of modern monarchy fuels reflection on the difference between monarchy and royalty. Two kinds of investigation emerge. One, philosophical, focuses on all that is theological-political, a category which perhaps emerges from a now-defunct royalty, even if it later influences thinking about other regimes. The other is historical-anthropological, dealing with the function of the king, and the origin and meaning of royalty. In the Anglo-Saxon field, the publication of Frazer’s Golden Bough in 1890 is a key contribution to this latter form of reflection; however, French historians (Michelet, Chateaubriand, Quinet…) and writers had also begun to consider this issue with regard to medieval royalty and absolute royalty. Historiography and political philosophy, but also literature (Vigny’s Cinq-Mars, Cromwell and many of Victor Hugo’s works, as well as numerous novels by Alexander Dumas), provide a frame of reference for such questions.

An awareness of traditional royalty’s demise confers a particular status on the literary and artistic references and works that evoke royalty and kings. It marks these works with the stamp of illusion and nudges them toward that expression of melancholy that is so prevalent throughout the century, or else toward dream and utopianism—or even toward a combination of these two tendencies. The disappearance of sacred royalty from political current affairs prompts a significant imaginative reinvigoration of its model, as well as the birth of a royal myth. The lexicon of royalty appears in well-known expressions with which we are all familiar—for example Baudelaire’s “imagination, reine des facultés”. The shift of royalty to the domain of the imaginary seems, moreover, to be inflected with considerations of gender. Thus, the idealized or utopian royalty that runs implicitly through several of Balzac’s novels (that of Mme de Mortsauf, the “lily” of her valley, Véronique Graslin, so indubitably evoked by her glorious death, or of Mme de Beauséant, who exiles herself at the end of Le Père Goriot) is embodied by women. Is this trait limited to Balzac? Can only a form of allegory explain it, or does it rather stem from the fact that Salic law restricted the French throne to men? Might this reflection be extended to other authors, and related to particular issues?

Alongside the dismantling of the royal figure, it will be useful to engage in an exploration of its metaphorization. At a time of the glorification of the individual subject, the king appears as the metaphor par excellence of this subject (in Maine de Biran, for example). However, it’s often a question of a paradoxical king, at once central and exiled, despotic and impotent. The link between the royal figure and “eccentric” writing (Nodier’s Histoire du Roi de Bohême et de ses sept châteaux, Musset’s Fantasio) attests to this. As for the private sphere, it is often represented as each individual’s own kingdom (“Pauvre homme en sa maison roi est”): democracy would thus be, paradoxically, that world where everyone may maintain his own small kingdom, thanks to the sacred nature of private property. The issue of gender reappears in tandem with this assimilation of royalty into domestic space. For instance, one might take the image of the housewife who reigns over the home, analyzing this commonplace depiction that reveals (and compensates for, in illusory fashion) the consignment of women to the private space. Finally, the royal figure is clearly associated during this period with the image of the artist. They are often represented as a diptych, the political power facing spiritual authority; however, the king also serves as a metaphor for the artist (presumably because he is a metaphor for the subject, and the romantic artist claims to be the subject par excellence). The expression “sacre de l’écrivain” itself directs us towards this hypothesis.

As we see, “figures of royalty” (a title which allows one to discuss the king himself as well as royalty as a system) opens numerous avenues of reflection in various disciplines.

While the subjects we have mentioned are hardly exhaustive, the ideas sketched out above might be summarized along the following lines:

• New theories of royalty

• The practical reinvention of royalty, its modern practices, the place it occupies in the press (first articles on crowned heads of state…)

• Literary and artistic representations of past kings, political and anthropological reflections on royalty

• The extensions of regicide: the construction of the trauma of regicide; writing and depictions of regicide; the disfigurement of kings (in caricature and satire)

• Dramatization of the move into the modern era via the representation of the end of kings or of royalty; the modern era presented as marked by absence via the motif of regicide (see Théophile Gautier’s poem “Les deux obélisques”); the image of the king on stage (how does the classic role of the king in traditional theatre evolve during the nineteenth century?)

• Displacement of royalty into the imagination; metaphorical uses of the figure of the king (modern subject, artist…).

Articles written in French or in English of less than 7000 words (spaces and notes included) and formatted according to the MLA style guide should be submitted before May 31, 2018. Following the policy of Nineteenth-Century French Studies, all articles will be reviewed by two experts and the journal’s editorial board before publication.

Proposals, written in French or in English, should be sent to Paule Petitier – paule.petitier@univ-paris-diderot.fr — by 10 January 2018.

[return to the top]

Figures de la royauté au XIXe siècle

La critique littéraire s’intéresse régulièrement aux rapports de la littérature et de la démocratie au XIXe siècle, étant entendu depuis Tocqueville que ce mouvement de fond des sociétés occidentales caractérise et détermine aussi l’évolution des arts et des modes d’expression. En complément de ce champ de recherches toujours en chantier, prendre la mesure de la fascination, déclarée ou plus ou moins implicite, qu’exerce le modèle politique de la royauté sur les écrivains et sur les penseurs du XIXe siècle nous semble nécessaire. Certes, les deux phénomènes ne sont pas du même ordre. D’un côté, l’inscription de la littérature dans le nouveau cadre démocratique détermine le socle même du fait littéraire, les conditions de production, de diffusion et de réception des œuvres, d’où tout le reste, poétique, esthétique, conception des genres, découle peu ou prou. De l’autre, l’insistance du motif de la royauté dans pratiquement tous les genres et tout au long du siècle, du Romantisme aux auteurs de la Décadence, pourrait n’apparaître que comme un contrepoint thématique, un réflexe de réaction ou de nostalgie. Faut-il s’arrêter là ?

La France connaît au cours du XIXe siècle plus de gouvernements monarchiques que de républicains. Cependant la conviction que l’exécution du roi Louis XVI a sanctionné une rupture irréversible l’emporte. Quelles que soient les résurgences de la monarchie, les hommes du XIXe siècle savent que le modèle ancestral de la monarchie de droit divin, avec son caractère sacré et le système social particulier sur lequel il se fondait (société hiérarchisée, relevant d’une structure holiste) a disparu irréversiblement. Il peut encore y avoir des monarques, même à la tête de sociétés démocratiques, mais ils ont perdu leur aura sinon leur pouvoir. Même ceux qui conservent la « religion » de la royauté, comme Chateaubriand, estiment que le successeur de Charles X, s’il avait pu accéder au trône, aurait dû préparer volontairement la fin de la royauté et la transition vers un autre régime. D’une part s’offre à l’étude toute une dramaturgie de la fin de la royauté traditionnelle, avec les représentations de l’histoire qui s’y rattachent et les « scènes » dont elle enrichit l’imaginaire littéraire et artistique. D’autre part, du point de vue de l’histoire politique et de l’histoire culturelle, il convient d’explorer une certaine réinvention de la royauté après l’entrée dans l’ère moderne, à la suite des travaux récents d’H. Becquet et de B. Frederking (La Dignité de roi – Regards sur la royauté en France au premier XIXe siècle, voir infra)

Sous d’autres angles, ceux de l’histoire des idées et de la philosophie politique, on se demandera comment l’expérience de la monarchie moderne nourrit une réflexion sur la différence entre monarchie et royauté. Deux types de questionnements apparaissent. L’un, philosophique, sur le théologico-politique, catégorie qui se dégage peut-être d’abord de la royauté révolue, même si elle peut ensuite nourrir la réflexion sur d’autres régimes ; l’autre, historico-anthropologique, sur la fonction de roi, l’origine et le sens de la royauté. Le Rameau d’or de Frazer sera, dans le domaine anglo-saxon, en 1890, une publication marquante pour ce dernier type de réflexion, mais en France les historiens (Michelet, Chateaubriand, Quinet…) et les écrivains avaient entamé la réflexion sur ce problème à propos de la royauté médiévale et de la royauté absolue. L’historiographie, la philosophie politique, mais aussi la littérature (Cinq-Mars de Vigny, Cromwell et beaucoup d’œuvres de Victor Hugo ainsi que de nombreux romans d’Alexandre Dumas) se prêtent à la mise en perspective de telles questions.

La conscience de la fin de la royauté traditionnelle confère un statut particulier aux références et aux créations littéraires et artistiques qui évoquent la royauté et les rois. Elle les marque puissamment du sceau de l’irréalité et les oriente tantôt vers l’expression de la mélancolie, si prégnante dans tout le siècle, tantôt vers le rêve et l’utopie – sans exclure une combinaison des deux. La disparition de la royauté sacrale de l’actualité politique est le point de départ d’un important réinvestissement imaginaire de son modèle, de la naissance d’un légendaire de la royauté. Le lexique de la royauté apparaît dans des formules clés que nous avons tous en mémoire, par exemple « l’imagination, reine des facultés » de Baudelaire. Le basculement de la royauté dans l’imaginaire semble d’ailleurs se traduire par une inflexion touchant au genre. Ainsi la royauté idéale ou utopique qui transparaît en filigrane de plusieurs romans balzaciens (celle de Mme de Mortsauf, « lys » de sa vallée, celle de Véronique Graslin, si incontestablement suggérée par sa mort en gloire, celle de Mme de Beauséant, qui part en exil à la fin du Père Goriot) est-elle incarnée par des femmes. Trait propre à Balzac ? S’explique-t-il seulement par une forme d’allégorisation, découle-t-il a contrario du fait que la royauté passée fut en France réservée aux hommes par la loi salique ? Peut-il être étendu à d’autres auteurs et rapporté à des enjeux précis ? 

Parallèlement à la déréalisation des figures royales, il conviendra d’explorer la métaphorisation de celles-ci. Le roi, à une période qui correspond à l’exaltation du sujet individuel, apparaît comme la métaphore par excellence de ce sujet (chez Maine de Biran, par exemple). Il s’agit cependant souvent d’un roi paradoxal, à la fois central et exilé, despotique et impuissant. En témoigne le lien entre la figure royale et l’écriture excentrique (Histoire du Roi de Bohême et de ses sept châteaux de Nodier, Fantasio de Musset). Quant à la sphère privée, elle est souvent représentée comme le royaume propre à chacun (« Pauvre homme en sa maison roi est ») : la démocratie serait ainsi, paradoxalement, ce monde où chacun pourrait préserver son petit royaume, à la faveur d’une sacralisation de la propriété privée. La question du genre reparaît à l’occasion de cette assimilation de la royauté à la sphère domestique : il faudrait ainsi se pencher sur l’image de la ménagère qui règne sur le foyer et analyser cette représentation banale qui révèle et compense illusoirement la réduction de la femme à l’espace intime. Enfin, la figure royale s’associe de façon évidente au cours de toute cette période à celle de l’artiste : ils sont souvent représentés en diptyque comme l’opposition du pouvoir politique et de l’autorité spirituelle, mais le roi est également une métaphore de l’artiste (certainement parce qu’il l’est d’abord du sujet et que l’artiste romantique se prétend sujet absolu). L’expression même de « sacre de l’écrivain » nous oriente vers cette hypothèse. 

Les figures de la royauté (titre qui ouvre la possibilité de parler aussi bien du roi lui-même que du système de la royauté) ouvrent, on le voit, de nombreuses pistes de réflexion dans différentes disciplines. 

Sans préjuger de celles que nous n’avons pas aperçues, nous résumerons les suggestions précédentes en fonction des axes suivants : 

• les nouvelles théories de la royauté ;

• la réinvention pratique de la royauté, ses usages modernes, la place que lui consacre la presse (premiers reportages sur les têtes couronnées…) ;

• les représentations littéraires et artistiques des rois du passé, la réflexion politique mais aussi anthropologique sur la royauté.

• les prolongements du régicide : la construction du traumatisme du régicide, les écritures et les représentations régicides, la défiguration des rois (caricatures et satires) ;

• la dramatisation du passage à l’ère moderne par la représentation de la fin des rois ou de la royauté, l’ère moderne présentée comme l’ère du vide à travers le motif du régicide (cf le poème de Théophile Gautier, « Les deux obélisques »), l’image du roi sur la scène (quelle évolution le rôle type du roi dans la dramaturgie classique connaît-il au XIXe siècle ?) ; 

• le déplacement de la royauté dans l’imaginaire, les usages métaphoriques de la figure du roi (sujet moderne, artiste…).

Les articles, en français ou en anglais, ne devront pas dépasser 7000 mots (espaces et notes compris) et seront à présenter selon le format MLA pour le 31 mai 2018. Conformément aux procédures de Nineteenth-Century French Studies, tous les articles seront soumis avant publication à une double expertise et à l’accord du comité de rédaction de la revue.

Les propositions de contributions, en anglais ou en français, sont à adresser à Paule Petitier – paule.petitier@univ-paris-diderot.fr – pour le 10 janvier 2018.

[revenir vers le haut de la page]

 

Bibliographie sélective

Becquet, Hélène, et Bettina Frederking, La Dignité de roi: regards sur la royauté en France au premier XIXe siècle, PUR, 2009.

Caron, Jean-Claude, et Jean-Philippe Luis, Rien appris, rien oublié? Les Restaurations dans l’Europe postnapoléonnienne (1814-1830), Rennes, P.U.R., 2015.

Carpenter, Scott D., “The Ghosts of Kings” in Aesthetics of Fraudulence in Nineteenth-Century France: Frauds, Hoaxes, and Counterfeits, Ashgate, 2009.

Castellani, Madeleine, et Fiona McIntosh-Varjabédian [dir.], Représenter le pouvoir: images du pouvoir dans la littérature et les arts, Madeleine, Peter Lang, 2014.

Cropper, Corry, “Of Rabbits and Kings: Hunting and Upward Mobility” in Playing at Monarchy: Sport As Metaphor in Nineteenth-Century France, U of Nebraska P, 2008.

Counter, Andrew, The Amorous Restoration. Love, Sex, and Politics in Early Nineteenth-Century France, Oxford UP, 2016.

Chiappe, Jean-François, La France et le roi: de la Restauration à nos jours, Perrin, 1994.

Darnis, Jean-Marie, Les Monuments expiatoires du supplice de Louis XVI et de Marie-Antoinette, 1812-1830, thèse, 1981.

Démier Francis, La France de la Restauration, 1814-1830. L'impossible retour du passé, Gallimard "Folio", 2012.

Dunn, Susan, The Deaths of Louis XVI: regicide and the French political imagination, Princetown University Press, 1994.

Fureix Emmanuel, La France des larmes. Deuils politiques à l'époque romantique (1814-1840). Champ Vallon, 2009.

Kroen, Sheryl, Politics and Theater: The Crisis of Legitimacy in Restoration France, 1815-1830, U of California P, 2000.

Ledré, Charles, La Presse à l’assaut de la monarchie, 1815-1848, A. Colin, 1960.

Legoy, Corinne, L’Enthousiasme désenchanté: éloge du pouvoir sous la Restauration, Société des études robespierristes, 2010.

Mentzel, Sophie, Trônes vacillants: la représentation de la royauté sur la scène romantique, 1820-1840, thèse sous la direction de Patrick Berthier, soutenance le 30 novembre 2016.

Mironneau, Paul, et Gérard Lahouti [dir.], Figures de l’histoire de France dans le théâtre au tournant des Lumières 1760-1830, Oxford, Voltaire Foundation, 2007.

Poisson, Jacques, Le Romantisme et la souveraineté: enquête bibliographique sur la Restauration et la Monarchie de Juillet (1815-1848), J. Vrin, 1932.

Petrey, Sandy, In the Court of the Pear King: French Culture and the Rise of Realism, Cornell UP, 2005. 

Pranchère, Jean-Yves, Qu’est-ce que la royauté? Joseph de Maistre, Vrin, 1992.

Price Munro, The Perilous Crown: France Between Revolutions, 1814-18, Macmillan, 2007.

Rosanvallon, Pierre, La Monarchie impossible: les Chartes de 1814 et de 1830, Fayard, 1994.

Saminadayar-Perrin, Corinne, et Éric Perrin [dir.], Imaginaire et représentations des entrées royales au XIXe siècle, Publications de l’Université de Saint-Etienne, 2006.

Scholz, Natalie, et Chistina Schroër [dir.], Représentation et Pouvoir: la politique symbolique en France (1789-1830), Rennes, P.U.R., 2007.

Ubersfeld, Anne, Le Roi et le bouffon, Corti, 1974.

Vial, Charles-Eloi, Les Derniers Feux de la monarchie: la cour au siècle des révolutions: 1789-1870, Perrin, 2016.

Waquet, Françoise, Les Fêtes royales sous la Restauration ou L’Ancien Régime retrouvé, Droz, 1981.

[return to the top  |  revenir vers le haut de la page]



Main menu 2

Page | by Dr. Radut